Knowledge is Key

Top
DEKKHA Consulting / Our publications  / L’ERP est mort vive l’ERP !

L’ERP est mort vive l’ERP !

Un point de vue rédigé par Valentin REGNIER, Consultant fonctionnel, et Renaud LARDIER, Directeur Associé.

Constat:

L’ERP souffre de l’ère du numérique et de ses exigences toujours plus importantes en termes de souplesse et de modularité. Après des années de domination par les systèmes de type ERP, le marché a vu émerger une vague de nouveaux outils issus de l’ère du digital. Nous pensons alors au cloud, à l’intelligence artificielle, à l’IoT, aux plateformes PaaS (…), chacune révolutionnant à son tour à un rythme élevé les besoins et les usages de ses utilisateurs grâce à des apports nouveaux en termes de facilité de mise en œuvre, d’évolutivité et de coûts de réalisation…

Plus accessibles, plus agiles, complètement dématérialisés, et segmentable selon l’envie ; le numérique et ses outils transforment les manières de travailler. Le cloud – par exemple – permet la centralisation des données sur un espace de stockage accessible partout, en temps réel, et avec une complexité d’implémentation interne réduite. Idéal pour concentrer, trier et traiter au niveau global plusieurs types d’informations venant pourtant de niveaux locaux multiples.

Du fait de son poids, et parce que les montées de version se font plus lentement et sont plus délicates, l’ERP souffre d’un manque de flexibilité. Il lui est préféré des outils plus agiles, plus innovants et plus ouverts. Faut-il définitivement le considérer comme une relique obsolète de l’âge pré-numérique ? Loin s’en faut, car c’est dans leurs capacités à évoluer, à accompagner et à sécuriser la croissance des entreprises que se trouvent les principales forces des ERP.

L’ERP : Obsolète ?

Quelles sont dorénavant les attentes du marché en termes de progiciels de gestion ? Quelle appétence les entreprises ont-elles autour de la rapidité d’implémentation, d’acquisition, ainsi que de la sécurisation des données et de la modularité du progiciel ? Les ERP sont-ils vraiment capables de répondre à ces besoins nouveaux ?

L’ERP possède, en comparaison des solutions plus modernes et dynamiques, des fonctionnalités complexes à mettre en place, et surtout difficiles à modifier tant leur spectre est large. L’arrivée du digital offre aux entreprises une plus grande flexibilité dans la gestion des flux, des intégrations, tout en offrant des solutions moins complexes et moins coûteuses à mettre en place. Mieux maitrisées par les salariés de « la génération digitale », ces derniers choisissent souvent d’utiliser des solutions logicielles qu’ils considèrent comme plus performantes. Les compétences évoluent, les habitudes suivent. C’est tout aussi vrai pour les besoins clients, qui évoluent également avec une appétence accrue pour l’agilité et le « toujours plus moderne ». Avec une version majeure tous les 5 ans, l’ERP est victime de sa taille pour tenir le rythme d’intégration de nouvelles technologies. Même si les ERP connaissent une renaissance avec les solutions open sources (solutions interfaçables et maquettables selon besoin) et SaaS (modèle de distribution de logiciels) via le cloud, il reste simple pour une start-up de repartir d’une feuille blanche et de réinventer tout un processus qui « volera » des parts de marchés aux ERP.

Le pragmatisme insoupçonné des ERP :

Les éditeurs d’ERP sont aujourd’hui confrontés à deux grandes problématiques :

  • S’adapter à l’émergence du cloud dans les entreprises, en proposant des solutions en mode SaaS.
  • Réinventer leurs modèles économiques et leurs catalogues produits pour promettre à leurs clients un approvisionnement en solutions restant en adéquation avec leurs besoins, tout en préservant la fiabilité et la complétude de leur plateforme.

C’est précisément dans cette complétude que la valeur ajoutée de l’ERP se trouve. La grande tendance est à l’outillage indépendant de chaque processus par un outil offrant une grande flexibilité dans une logique « Best of Breed ». Le résultat ? Un manque de linéarité dans la gestion SI des différents processus métiers, rendant la traçabilité de l’information complexe et périlleuse, et surtout l’apparition des failles de sécurité présentant un risque majeur pour la pérennité de l’entreprise.

Avec sa capacité à couvrir aisément toutes les activités d’une entreprise, un ERP peut – comme il l’a perdu – regagner le cœur de ses clients, en leur offrant un socle de gestion stable et robuste… A condition d’y intégrer les nouvelles technologies de marché. Plus facile à implémenter en interne et champion de la gestion de l’information, l’ERP propose désormais de nouvelles solutions qui peuvent se renforcer avec l’intégration des meilleures briques technologiques ou fonctionnalités disponibles sur le marché. L’important étant de fournir à ses clients une richesse collaborative modulable, directement tirée des besoins métiers et permettant d’améliorer la performance des processus de l’entreprise.

Conclusion

Les éditeurs d’ERP doivent s’imprégner encore plus vite des nouvelles pratiques, de plus en plus disponibles en accès libre ou en mode SaaS. La démocratisation des technologies digitales doit pousser les ERP à conserver les clients au cœur de leurs préoccupations, sous peine de rapidement faire face au plus binaire des choix : évoluer, ou mourir.

Chez DEKKHA Consulting, nous avons compris les enjeux stratégiques qui se cachent derrière cet « antagonisme » entre ERP et solutions issues de l’ère digitale. Capables de construire un état des lieux détaillé des visions et des trajectoires SI les plus complexes, nous pouvons vous accompagner dans l’élaboration de vos stratégies SI et digitales : ERP, « Best of Breed », hybride, « on premise », mode Saas … et vous aider à définir les meilleurs outils disponibles sur le marché, selon vos besoins. Notre maîtrise technologique, combinée à nos savoir-faire fonctionnels et notre compréhension de vos besoins métiers, vous aideront à prendre les meilleures décisions pour développer votre activité et les orientations les plus adaptées en termes de stratégies SI.

Share